On dit souvent des grands champions qu’ils sont des caractériels. Autant le dire tout de suite : Bernard Hinault fut un immense champion. Son plus grand souvenir dans une classique ? Sa victoire à Liège-Bastogne-Liège 1980, courue sous la neige, durant laquelle il perdit l’usage de deux doigts à cause du froid. Une arrivée au sprint à Saint-Etienne lors du Tour de France 1985 lui vaut une fracture du nez. Il gagnera tout de même son cinquième et dernier Tour cette année là, arguant que tout va bien tant que ses jambes et ses bras fonctionnent. A ces multiples actes de courage s’ajoute également une réputation de grande gueule, pas forcément infondée, tant les coups de sang du blaireau ont jalonné sa carrière pro. En 1977, à la grande colère de son directeur sportif Cyrille Guimard, il se fait remarquer en ne prenant pas le départ du Tour des Flandres. Durant le Tour 1978, il est pointé comme l’un des leaders d’une fronde des coureurs protestant contre les transferts incessants programmés par les organisateurs : le peloton arrivera ainsi avec deux heures de retard à Valence d’Agen. En 1975, Jean Stablinski, son directeur sportif chez Gitane-Campagnolo prévoit de l’inscrire au départ du Tour dans la seule optique de le voir animer les premières étapes : Hinault refuse, boude et se met en quête d’une autre équipe, avant de se raviser suite à la nomination de Cyrille Guimard à la tête de sa formation.  

Bernard Hinault n’est pas du genre à faire de la figuration. Dès sa première saison chez les amateurs, chez lui en Bretagne, il remporte douze des vingt courses auxquelles il participe. Non content d’être assuré de la victoire finale en 1983, le Blaireau prend un malin plaisir à disputer et à remporter le sprint sur les Champs-Elysées. Pas un hasard, donc, si à l’instar des Merckx, Anquetil ou Coppi, il remporte le Tour de France dès sa première participation en 1978, après une édition 1977 passée à jouer les consultants de luxe pour la télévision. Le tandem Hinault sur le vélo-Guimard dans l’auto vit alors ses plus belles heures. En 1979, il prend définitivement l’ascendant sur Zoetemelk lors du contre-la-montre d’Avoriaz et enfonce le clou en s’adjugeant les deux dernières étapes de l’édition. Son dauphin terminera l’épreuve à plus de 13 minutes du Blaireau…
 

Si un genou douloureux lui fait abandonner l’édition 1980, Hinault remporte de nouveau les éditions 1981 et 1982. Mais ses succès sur le bitume ne masquent pas un mal-être de plus en plus profond : Hinault évoque alors une ambiance de plus en plus tendue au sein de son équipe (devenue Renault), alors que Cyrille Guimard souhaite rajeunir l’effectif et bâtir ses succès autour de Laurent Fignon. Le divorce entre le directeur sportif et son leader est consommé à l’issue de la saison 1983. Bien que les éditions 1983 et 1984 semblent donner raison au manager (Fignon s’adjuge le jaune ces deux années-là), le Blaireau mettra un point d’honneur à rejoindre Merckx et Anquetil dans le gotha des coureurs à cinq Tours de France en 1985, sous les couleurs de La Vie Claire. A l’orgueil. Moins dominateur, souvent battu en montagne et affaibli par une bronchite, il pourra compter sur l’appui de son coéquipier mais néanmoins dauphin Greg Lemond pour glaner un nouveau maillot jaune. Il s’évertuera à rendre la pareille à l’Américain l’année suivante, avant de tirer sa révérence à 32 ans à peine. Cette passation de pouvoir sera symbolisée par la fameuse image d’Epinal de l’étape de l’Alpe d’Huez, que les deux compères termineront main dans la main. Ce jour là, le Blaireau fera quand même en sorte de franchir la ligne le premier. Certainement le fameux caractère des champions…

par Marc Hervez
 
Victoire d'étape de Bernard Hinault sur les [...]
25 juil 1982
2 min 35'
Vainqueur de son quatrième Tour, Bernard Hinault va même jusqu'à remporter l'étape des Champs-Elysées. La cerise sur le gateau.
Arrivée de Bernard Hinault et Greg Lemond main dans la [...]
21 juil 1986
3 min 50'
Arrivée de la 16ème étape du tour de France, une étape de montagne entre Briançon et l'Alpe d'Huez.Le maillot jaune Greg Lemond et son [...]
Le Tour 1977 repéré par Bernard Hinault
2 juil 1977
1 min 31'
Tour de France : le jeune coureur Français Bernard HINAULT, jugé trop jeune pour participé au Tour cette année, parcourt les étapes avant [...]
Chute de Bernard Hinault (1985)
13 juil 1985
2 min 29'
Retour sur la chute de Bernard Hinault dans la 14ème étape du tour de France entre Autrans et Saint-Etienne. Le maillot jaune Bernard HINAULT [...]
Premier maillot jaune pour Bernard Hinault
21 juil 1978
4 min 5'
Arrivée du maiilot jaune Joop ZOETEMELK à Nancy, qui termine neuvième de 
l'étape et perd son maillot jaune au profit de Bernard [...]
Victoire sur les Champs Elysées de Bernard Hinault
22 juil 1979
2 min 33'
Arrivée de B. HINAULT au terme de la dernière étape du tour de France. [Gros plan] B. HINAULT, très entoure.
Émission : Soir 3 [...]
Abandon Bernard Hinault
11 juil 1980
3 min 2'
Interview de Bernard HINAULT à l'hôpital de Brest, à propos de son abandon dans le tour de France et de sa blessure au genou.
Émission: [...]
Victoire de Luis Herrera devant Bernard Hinault à [...]
9 juil 1985
3 min 54'
Arrivée de la 11ème étape du tour de France, une étape de montagne de 195 kilomètres entre Pontarlier et Morzine-Avoriaz.Le maillot jaune [...]
Photos © Presse Sports